Chris Cohen nous dévoile son nouvel album !

Chris Cohen

Sortie le 29 Mars 2019

Si vous partez un jour à New York, ne ratez pas la minuscule boutique de Captured Tracks à Brooklyn. Le label s’est fait largement connaître avec le succès de celui que l’on surnomme « le prince de l’indie » Mac DeMarco mais a conservé toute sa sobriété des débuts. 

C’est ainsi qu’apparaît aussi Chris Cohen. Mais sous son look de papa quadragénaire, on a affaire ici à un multi-instrumentiste prolifique, qui a collaboré notamment avec Weyes Blood ou encore Ariel Pink et qui nous révèle aujourd’hui son 3ème album en solo.

On a pu en avoir un aperçu dès décembre de l’année dernière avec la sortie du premier single « Edit Out ». Avec ses percussions, son saxophone et la voix planante de Chris Cohen, c’est une véritable invitation à se détendre et se plonger dans l’univers feutré et rétro du musicien.

Chris-Cohen-artwork-1548168502-640x640.j

Une belle introduction à l’album avec « Edit Out »

Le clip, « Green Eyes », sorti le mois suivant, nous confirme cette impression. Vêtu d’une chemise verte de circonstance et arpentant le terrain d’un mini golf avec sa guitare folk, le chanteur est filmé sous le prisme d’un kaléidoscope, ce qui donne une esthétique psyché au morceau. 

« Such a long time » nous chante Chris Cohen sur le morceau d’ouverture « Song They Play » que l’on a pu découvrir à la sortie de l’album ce matin.

En effet, on n’avait pas eu le droit à un album depuis « As If Apart » en 2016. Le morceau, avec sa guitare tout en trémolo et la voix grave de Chris Cohen, nous évoque des superbes morceaux de folk comme le titre « Green Rocky Road » de Fred Neil dans les années 70.

On retrouve cette atmosphère pesante sur d’autres chansons de l’album, comme avec « The Link » et sa superbe sonorité de piano enregistrée dans son propre studio de Lincoln Heights à Los Angeles. Chris Cohen finit par s’en détacher avec des titres comme « Heavy Weather Sailing » et surtout la chanson qui clôture le LP « No Time To Say Goodbye » et son épique solo de saxophone.

Au moment de la conception de l’album, les parents de Chris Cohen ont divorcé après 53 ans de relation sous fond d’addictions et de crise d’identité sexuelle de son père,  et c’est avec ces chansons que le musicien semble se libérer du poids de cette rupture, selon ses mots : « Comme si ma vie pouvait désormais commencer ».

Jouez au minigolf avec Chris Cohen sur « Green Eyes »

Ne ratez pas Chris Cohen le 17 mai au Beau Festival à Paris ou encore au Wine Nat White Festival à Nantes le 24 mai pour les retardataires !

Capture d’écran 2019-02-08 à 17.50.49.pn

Valentin, pour Le Bruit du Sillon

valentin@lebruitdusillon.com