L'album du mois : "Here Comes The Cowboy" de Mac DeMarco !

IMG_7512.jpg

     

Le charismatique chanteur canadien Mac DeMarco revient aujourd'hui avec un album très attendu, "Here Comes The Cowboy". Fans de la première heure, nous avons adoré suivre les évolutions dans la carrière du musicien jusqu'à son dernier album, "This Old Dog", sorti il y a deux ans. L'écoute de "Here Comes The Cowboy" s'est avérée plus complexe et on vous explique pourquoi.

Si l'introduction de l'album aurait pu nous plonger dans une atmosphère mystérieuse et envoûtante, les 3 minutes attribuées à ce morceau paraissent bien trop longues. Le même riff de guitare est joué inlassablement avec les mêmes paroles, "Here Comes The Cowboy," ce qui finit par le faire tomber à plat.

On retrouve les sons de clavier et de guitare folk de l'album "This Old Dog" sur le morceau suivant "Nobody"mais avec  moins d'énergie. Nous n'avons pas accroché à la mélodie du titre et la lenteur du tempo, ainsi que la voix traînante de Mac, nous plonge dans un ennui certain.

Avec "Finally Alone", le chanteur canadien nous sort de notre torpeur grâce à une mélodie efficace et à la beauté de son falsetto sur les refrains. C'est une chanson qui exprime son fantasme de faire sa vie seul, loin des artifices du show business. Le chanteur a tout de même trouvé une alternative, en enregistrant tous ses albums seul et en se barricadant chez lui pour laisser libre court à sa créativité. 

     

Il nous fait alors plonger dans son monde solitaire en mettant en avant le son des oiseaux qui piaillaient dans le jardin de sa maison de Los Angeles pendant l'enregistrement de son album sur le titre "Preoccupied"ou encore en laissant le bruit de la pluie à fin du morceau "On The Square".

Il met aussi en avant ses influences, comme celle de Jonathan Richman. En le découvrant en live, Mac DeMarco a été fasciné par le jeu de scène et les thèmes loufoques abordés par le chanteur américain dans ses chansons. Il tente de reprendre les méthodes de Jonathan à sa manière sur le titre "Choo Choo". Si la chanson démarre comme un sympathique jam de funk, la répétition des paroles et l'absence d'évolution du morceau en devient consternante. En attendant on écoute Jonathan.

     

Comme à son habitude, Mac nous parle aussi de sa petite amie de toujours, Kiera. On imagine bien l'importance de cette femme dans sa vie quand on sait qu'il aime terminer la plupart de ses sets live en jouant "Still Together". Avec le morceau "K", il explique avoir voulu composer "une chanson douce, à la Paul McCartney".

Ce n'est pas la seule personne à qui il rend hommage comme l'attestent les morceaux "Heart to Heart", l'un de nos préférés du LP, et "Skyless Moon" qui sont dédiés au rappeur Mac Miller. Comme il l'expliquait il y a peu au magazine NME: "On était devenus très proches et j'allais chez lui plusieurs fois par semaine, jusqu'au moment où il est mort". On vous invite à ce propos à vous replonger dans la discographie du rappeur et plus particulièrement l'album "Swimming" qui contient des pépites comme "What's The Use?"

On retrouve un thème cher à Mac DeMarco à travers le disque, celui du passage du temps, comme sur l'album "Salad Days" ou encore "This Old Dog". On ne peut pas dire que le chanteur fait dans l'originalité quand on écoute "All Of Our Yesterdays" qui semble reprendre quasiment le même titre que "Dreams Of Yesterdays" de l'album précédent. Comme sur le reste de "Here Comes The Cowboy", la langueur de morceau finit par nous ennuyer mais la mélodie est plus aboutie que sur des morceaux comme "Hey Cowgirl". Son adaptation sur scène, plus dynamique et pleine de groove lui donne une nouvelle dimension. On vous conseille de l'écouter sur les vidéos live de Coachella ou encore sur le plateau de Jimmy Fallon.

     

L'album semble se terminer avec "Baby Bye Bye" qui commence avec entrain mais finit inextricablement ​par ralentir pour laisser place au jeu tout en slide de la guitare de Mac et la répétition du refrain. C'est finalement le titre caché "The Cattleman's Prayer" qui achève véritablement l'album en reprenant le jeu funky de "Choo Choo"entrecoupé par les hurlements de Mac. 

VERDICT: Les morceaux intimistes et dépouillés de l'album traduisent trop souvent un manque d'aboutissement et on ne retiendra finalement que quelques morceaux plaisants comme "Finally Alone", "Heart To Heart" ou encore "K". On vous conseille plutôt de vous replonger dans la riche discographie de l'artiste disponible dans nos bacs !

IMG_7511.jpg

La team avec Mac DeMarco en juin 2016 !

Valentin, pour Le Bruit du Sillon

valentin@lebruitdusillon.com