La City-pop, princesse des villes !

Capture-d’écran-2020-03-04-à-10.41.37.

     

City-pop ou シティーポップpour les puristes, est un courant musical né au Japon aux alentours du milieu des années 70.

 

Ce nouveau mouvement a été fortement influencé par l’essor économique du pays mais aussi par l’évolution des cultures et de la technologie. 

La commercialisation des walkman de Sony ou des radios FM portable ont fortement contribué à la popularité de ce courant. Les japonais découvrent une nouvelle façon de consommer la musique notamment avec l’arrivée des voitures équipées de radios. Si on s’intéresse un temps soit peu à la culture musicale japonaise on s’aperçois vite que la City-pop marque le début de « la nouvelle musique japonaise ». Jusque-là, le pays ne connaissait que très peu de genres musicaux voués au divertissement, les musiques traditionnelles étant la plupart du temps réservées aux cérémonies ou festivités.

 

On note cependant qu’au début des années 50 (après-guerre) un nouveau courant nommé « ENKA » vient moderniser la musique en y introduisant des instruments tel que la guitare, la basse, la batterie… Il est relayé à la fin des années 60 par le soft rock japonais avec l’arrivée de groupe tel que Happy End. La diversité des genres en reste cependant assez pauvre. 

 

C’est donc au milieu des années 1970, grâce notamment au travail de Haruomi Hosono et Tatsuro Yamashita, aujourd’hui considérés comme les pères fondateurs de la City-pop, que ce nouveau courant voit le jour. Les deux artistes ont notamment écrit un album ensemble « Pacific » avec Shigeru Suzuki en 1972.

     

Les deux musiciens allant chercher leurs influences dans la musique occidentale, ils ont pour autant donné à eux deux des touches très différentes à la nouvelle pop japonaise. Hosono reste assez porté sur des sonorités smooth mais tient à garder une patte nipponne dans sa musique notamment en incluant des percussions aux rythmes saccadés et des chœurs aux allures de chorales. Il garde une touche assez folk également notamment sur son premier album solo « Hosono House ».

 

Yamashita, lui, sera beaucoup plus radical et va très clairement introduire de la funk dans son travail tout d’abord avec son groupe « Sugar Babe » puis en solo un an plus tard avec son album « Circus Town » signé avec le label américain RCA Records. Utilisant beaucoup la basse et la guitare pour faire groover sa musique, il travaillera avec des musiciens américains en studio sur « Circus Town » cela l’aidera beaucoup à asseoir son style en tant que compositeur. 

C’est donc selon moi ces trois albums qui changeront considérablement la musique nipponne au sens large : « Hosono House » , « Tropical Dandy » & « Circus Town ».

 

Au début des années 1980 la pop urbaine japonaise explose et connait un succès sans précédent auprès de la nouvelle génération de japonais. De nombreux artistes prennent le train en marche et un nombre incalculable d’albums sortent de 80 à 90. Elle connait, selon moi, son apogée avec l’album de Makoto Matsushita « First Light » en 1981 et « For You » de Tatsuro Yamashita sorti en 1982 !

     

A partir de 1990, la City-Pop connait un déclin ayant pour principale cause l’éclatement de la sphère spéculative japonaise, plongeant le pays dans une crise économique ayant des effets encore ressentis aujourd’hui. L’explosion de cette bulle et la période qui suit est appelée « décennie perdue » sur le plan économique. 

 

Grâce à l’accès à l’information de masse principalement dû à internet, le genre musical connait une nouvelle popularité cette fois à l’échelle internationale à partir de 2010. Ce regain d’intérêt est également fortement motivé par le retour du vinyle, certains titres s’arrachant à plus de 100€ sur les plateformes comme Discogs. Heureusement, certains labels comme Light In The Attic rééditent des bijoux de City-pop, c’est le cas avec les deux très belles compilations « Pacific Breeze » disponibles sur commande import chez nous. 

 

« First Light » , fabuleux album de Makoto Matushita, sera dispo à partir de septembre chez nous et vous pouvez d’ores et déjà le précommander sur le site.

 

Vive la Pop nippone !  

unnamed.jpg

Johan, pour Le Bruit du Sillon

contact@lebruitdusillon.com