Album Review: "Not Waving, But Drowning", le nouvel album de Loyle Carner !

IMG_7341.jpg

 

Loyle Carner a sorti hier son second album, voici nos premières impressions !

On a découvert le rappeur londonien en 2016 avec "Ain't Nothing Changed", un superbe morceau mélancolique qui utilisait des samples de jazz et de beats qui respiraient les années 90. Nous avons donc décidé de le voir en live au Pop Up du Label et nous avons pu constater l'ampleur de son talent avant la sortie de son premier album "Yesterday's Gone" l'année d'après.

3 ans plus tard, Loyle Carner revient avec un second album qui reprend les thèmes du premier, à savoir la perte de son beau-père et sa relation fusionnelle avec sa mère. Le rappeur a maintenant grandi et s'adresse directement à elle sur le poème "Dear Jean"qui ouvre l'album. Il lui explique que, même s'il a décidé de quitter le foyer pour aller vivre avec sa copine, il ne l'oubliera pas. C'est donc de manière logique que sa mère lui répond sur un fond de clavier Rhodes à la fin de l'album et le rassure sur leur amour et affection réciproques.

Il invite son ami de toujours Tom Misch (dont l'album "Geography" est dispo dans notre shop) pour encenser sa nouvelle âme soeur sur la seconde track "Angel". L'amitié a toujours été quelque chose d'important pour Loyle Carner, comme on pouvait le voir sur la pochette de son premier album, une photo de lui entouré par tous ses amis et membres de sa famille. Après le succès fulgurant généré par cet album, ses relations ont subi des dommages et c'est sur une chanson comme "Krispy"qu'il l'exprime le mieux. Il explique comment l'argent a nui sa relation avec son DJ et ami Rebel Kleff et comment ils doivent se remémorer ce qui les lie, comme leur amour pour des références du rap comme CL Smooth ou le génial Pete Rock. 

 Cette mélancolie est très prégnante sur l'album et les featurings de Jordan Rakei sur "Ottolenghi" ou Jorja Smith sur "Loose Ends" lui donnent une véritable âme soul. Elle atteint son sommet avec la récitation du poème de Stevie Smith "Not Waving, But Drowning"qui est à l'origine du titre de l'album. Cette histoire, celle d'un homme qui appelait à l'aide alors qu'il était en train de couler mais qui a été confondu avec un simple geste de la main, est toute une métaphore de la vie pour le rappeur. Les gens affrontent les épreuves de l'existence sans notion de repère et préfèrent garder des faux semblants que de chercher de l'aide.

Loyle Carner illustre ce poème avec une photo de lui en train de couler sur la pochette de l'album mais on retrouve de la légèreté quand on ouvre l'album et que l'on découvre que celle ci figurait sur les films argentiques de photos de vacances du rappeur. Les intermèdes de l'album comme "It's Coming Home"où l'on entend Loyle et ses amis hurler pendant une phase de penaltys de l'équipe de l'Angleterre apportent également une dose de légèreté et l'album apparaît presque comme un journal intime.

Le clip humoristique de "You Don't Know" où le rappeur évoque la situation amoureuse de sa mère le montre également. C'est sans doute l'un des morceaux de l'album où l'on retrouve le plus l'énergie dont est capable Loyle Carner avec son acolyte Rebel Kleff sur scène ! Le rappeur pourra d'ailleurs en faire la démonstration le 14 mai prochain au Point Ephémère, concert qui s'annonce déjà comme complet, preuve de la notoriété grandissante du londonien...

 

Valentin, pour Le Bruit du Sillon

valentin@lebruitdusillon.com