Live Report #3 : Papooz au Stereolux !

IMG_7328.jpg

Focus: Papooz au Stereolux, à Nantes (16.04.2019)

 

"Ils ont une bonne dégaine n'empêche ! Tu trouves pas Patrick ?" Difficile de donner tort à l'un des nombreux spectateurs venus acclamer les dandys parisiens lors de leur arrivée sur scène. Petit foulard noué au cou, chemise entrouverte et repetto blanches au pied, le guitariste et chanteur Ulysse en impose, tout comme le bassiste avec sa petite moustache, sa marinière et son chapeau de capitaine à pompon. 

Le groupe ouvre les hostilités en jouant les premiers titres de leur nouvel album "Night Sketches" (disponible dans notre bac) avec "You and I", "Theatrical State of Mind" puis "About Felix"qui parviennent à bien chauffer la salle. Comme on avait pu le voir la première fois en assistant à leur concert aux Divans du Monde, la voix grave d'Ulysse se marie parfaitement avec celle d'Armand et la complicité et la joie d'être sur scène des musiciens est très communicative. 

 

C'est donc très naturellement que le public se met à danser sur leurs interprétations de "Trampoline" ou encore "Good Times on Earth", qui, avec son riff efficace de surf rock, nous avait fait découvrir le groupe. On retrouve le jeu de guitare délirant d'Ulysse qui n'hésite pas s'avancer vers le public pour des solos endiablés avec sa belle guitare Gretsch Electromatic. 

C'est encore lui qui nous préviens alors du changement d'ambiance à venir: "C'est maintenant le moment de sortir vos meilleurs bédos" avant d'entamer le morceau très planant "Danger To Myself", avec ses accords traînants de synthé et sa chaude et ronde basse. Le public a bien compris le message de ce titre inspiré de soirées alcoolisées, comme cette femme qui hurle du fond de la salle: "On va boire un coup?!" 

On n'est pas au bout de nos surprises avec le rappel sur scène du groupe car le bassiste a décidé, tout comme le batteur, de troquer son instrument avec des percussions pour une ambiance feutrée de musique jazz. Ils entament alors le morceau "Chubby Baby" (qu'Ulysse dédie à toutes les "grosses") et les superbes harmonies du chanteur avec celles d'Armand sont soulignées par la virtuosité du jusqu'alors discret violoncelliste.

La soirée se termine avec leur tube "Ann Wants To Dance" sur lequel toute la salle se déhanche et c'est ainsi que nous repartons avec le sourire. 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2019-02-08 à 17.50.49.pn

Valentin, pour Le Bruit du Sillon

valentin@lebruitdusillon.com