Une Aventure au Paradis 

Portrait de Minnie Riperton

Qui n’a jamais entendu « Lovin’ You » ? Cette chanson mythique de Minnie Riperton allant jusqu’à défier les lois de la physique avec ce cri presque strident au refrain ? Aujourd’hui, je vous raconte la vie de cette chanteuse de génie que j’adore.

97386678.png

Vendredi 20 septembre 2019

Originaire de Chicago, cette chanteuse débute sa carrière à 13 ans, en 1960. Elle signe sur le label Chess Records afin d’intégrer son premier groupe « The Gems ». Le trio féminin ne rencontrera pas le succès attendu.

Sept ans plus tard, la petite Minnie a grandi, enchaînant les petits boulots et les prestations au public limité, c’est Marshall Chess, fils du boss de Chess Records qui lui proposera d’intégrer un groupe de soul « expérimentale» qu’il est en train de construire : The Rotary Connection !

Le groupe sort un premier album en 1967 qui connaitra un succès notable dans le Midwest et ses alentours mais ne parviendra pas à pousser plus loin les frontières de la gloire. Cinq autres albums suivront mais n’auront pas le même succès que le premier : la musique sera jugée trop psychédélique par les critiques qui ne juraient que par les standards de la soul de l’époque.

En 1970, Minnie prend son indépendance avec son premier album solo « Come To My Garden » sur le label GRT Records.

On y découvre toute l’ampleur de sa voix aux quatre octaves.

Elle fait appel à Charles Stepney, une ancienne connaissance de chez Chess Records, pour produire ce disque. Côté musiciens, c’est notamment son mari, Richard Rudolph, qui assurera les parties de guitare. Il posera aussi sa plume sur certains textes.

Le 26 Décembre 1970, elle joue pour la première fois en solo à la London House de Chicago, un bar en rooftop très réputé dans les années 70.

C’est Ramsay Lewis, également pianiste sur l’album, qui introduit la jeune chanteuse devant le public ce soir-là. Elle interprétera un certain nombre de titres aux côtés de Charles Stepney.

Malgré l’enthousiasme du public durant cette soirée, « Come to My Garden » est un échec commercial. Il est cependant largement salué par la critique comme étant un « chef d’œuvre soul » à l’image de la musique de Roberta Flack et celle de son futur mentor : Stevie Wonder.

R-10715364-1502956476-8330.jpeg.jpg

Come To My Garden, premier album solo

Durant les trois années suivantes, Minnie décide de mettre la musique entre parenthèses. Elle devient femme au foyer et la famille s’installe en Floride à Gainesville près de Jacksonville.

En 1973, un jeune représentant de la maison de disque californienne Epic Records tombe par hasard sur une démo de « Seeing You This Way ». Il décide de retrouver la jeune femme alors âgée de 26 ans.

Le représentant retrouvera la trace de Minnie et réussira à la convaincre de le suivre en Californie pour enregistrer quelques maquettes.

Don Ellis, vice-président de la maison de disque, tombera littéralement sous le charme de la voix de Riperton et il lui demandera sans attendre de s’installer à Los Angeles pour enregistrer son deuxième album. Elle accepta de suite.

En studio, la diva soul se verra entourée de musiciens de génie avec lesquels elle peut enfin exprimer son immense talent. C’est alors qu’elle croise la route de Stevie Wonder qui travaillait au même moment sur son chef d’oeuvre d’album « Songs In The Key Of Life » dans un studio voisin. Lui aussi sous le charme, Il décide d’écrire deux titres pour la chanteuse et même d’assurer quelques parties de batterie sur l’album.

Stevie deviendra un réel mentor pour Minnie, n’hésitant pas à arranger certains titres lui-même. La légende dit qu’il aurait même essayé de convaincre Minnie de signer chez Motown mais qu’elle aurait refusé par fidélité envers Don Ellis, qui lui faisait une confiance aveugle.

89df8c53d455e2fa52024a6f5c9377ba.jpg

Minnie avec Stevie Wonder 

Fin 1974, le deuxième disque solo de la chanteuse, Perfect Angel, est prêt.

Afin d’en faire la promotion, Epic Records décide de sortir 3 singles dont « Take a Little Trip » écrit par Stevie Wonder. L’album connait un succès en dessous des attentes de la firme californienne. Don Ellis demande donc à Minnie de composer l’album suivant mais Richard Rudolph, mari de la diva, pense qu’il faudrait sortir un quatrième single pour donner une dernière chance au disque. Sort alors le plus gros succès de la chanteuse : « Lovin’ You » !                           

Le succès est immédiat et les ventes du disque décollent enfin. En Avril 1975 la chanson se classe en tête des Charts aux USA mais aussi dans plus de 25 autres pays.

Minnie Riperton connait enfin le grand succès qu’elle mérite, elle a 28 ans.

811eLKNvFML._SS500_.jpg

Minnie, aux côtés du fameux lion 

L’apogée de son talent sera, selon moi, dans son troisième album, Adventure In Paradise. C’est Stewart Levine, producteur des Crusaders qui co-produira l’album donnant une touche beaucoup plus sensible et nuancé à la musique de la jeune chanteuse. Le premier titre, « Baby This Love I Have », est tout simplement un bijou jouant sur les saccades d’un basse-batterie très groovie n’étant pas sans rappeler le son de « I Want You » de Marvin Gaye. Le titre éponyme de l’album sera composé par les Crusaders qui assureront aussi la partie instrumentale de la chanson.

Lors du tournage du clip promotionnel d’Adventure In Paradise, Minnie est attaquée par un lion, le même qui figure sur la pochette de l’album.

Le troisième opus de la chanteuse ne connaitra pas le succès de Perfect Angel, malgré la qualité et la maturité musicale dont il fait preuve encore aujourd’hui.

Fin 75 elle participe à la finalisation de « Songs In The Key of Life » de Wonder, prêtant même sa voix sur le titre « Ordinary Pain ». Envieuse du succès que connaitra Stevie avec son disque, elle lui demande de participer à la composition de son prochain album.

Plus orienté Funk et Disco, « Stay In Love », quatrième opus de Minnie rencontre un succès notable mais mettra fin à sa collaboration avec Epic Records, la firme préférant se concentrer sur leurs poulains, ABBA, The Clash et bientôt The Jacksons.

 

Le 24 Août 1976, sur le plateau de « The Tonight Show » elle annonce être atteinte d’un cancer du sein et avoir subi une mastectomie. Lors de son diagnostic, son cancer est déjà dans son système lymphatique, rendant son pronostique vital très pessimiste. Elle devient à partir de 1978 la porte-parole de l’American Cancer Society pour laquelle elle tourne plusieurs spots publicitaires de prévention.

En Juin 79, deux mois après la sortie de « Minnie », son état se détériore, l’obligeant à rester couchée toute la journée. Elle entre à l’hôpital le 10 Juillet mais les médecins annoncent à son mari que c’est la fin. Deux jours plus tard, alors qu’elle écoute avec Richard une maquette que Stevie Wonder a composé pour elle, elle décède dans les bras de son mari, le sourire aux lèvres et le regard rêveur, comme si la musique avait apaisé ses souffrances. Elle avait 31 ans.

Elle est inhumé au Westwood Village Memorial Park à Los Angeles. Son mari fera inscrire sur sa tombe la première phrase de Lovin’ You, son plus grand succès : « T’aimer, c’est facile car tu es belle ».

Minnie Riperton laisse derrière elle cinq albums studio et l’une des plus belles chansons de l’histoire de la soul. A l’occasion des 40 ans de sa mort nous lui dédirons un podcast spécial retraçant sa discographie. En attendant, courez vous plonger dans son océan musical, ça fait un bien fou !

61f65ea45c05eabc3df798a53149803e.jpg

Minnie et son mari Richard Rudolph

Johan, pour Le Bruit du Sillon

contact@lebruitdusillon.com